L’intelligence artificielle : une profession ouverte à tous !


intelligence artificielle

Le monde du travail et l’intelligence artificielle !!

A l’occasion du 15ème prix « Le Tecnovisionarie » : Intelligence Artificielle, excellence féminine, nous avons pensé réfléchir à l’événement ainsi qu’à la relation en général entre les sujets technico-scientifiques (dont l’Intelligence Artificielle est un exemple) et le genre des praticiens (hommes, femmes).

Dans ce qui suit, nous tenterons d’approfondir d’autres considérations culturelles liées à la France, à son histoire et à ses relations avec les autres pays européens, un peu moins optimistes mais toujours réalistes et constructives. Ces derniers n’ont pas l’ambition d’une étude sociologique mais simplement d’une observation de la situation française au cours des 50 dernières années (1971-2021). En France, au lieu d’encourager, on a préféré décourager les jeunes, surtout les filles, de considérer un engagement professionnel dans l’intelligence artificielle comme intéressant pour leur avenir.

Qu’est-ce qui est perçu dans les termes uniques d’artificiel et d’intelligence ?

A partir de cette analyse, nous nous intéressons à la manière dont la combinaison des deux peut être comprise.

Concernant l’adjectif « artificiel », ce qui est artificiel est normalement considéré avec suspicion : des organismes génétiquement modifiés (OGM, l’artificiel en biologie), en passant par les clones d’objets de haute couture, jusqu’au plus haut degré : les robots humanoïdes, qui aspirent à ressembler à des êtres humains. L’artificiel est perçu comme une contrefaçon, et non comme une réalisation technico-scientifique.

intelligence artificielle

Les machines ont historiquement remplacé le travail humain depuis la première révolution industrielle. Au cours des dernières décennies, les ordinateurs ont remplacé non seulement le travail manuel (par exemple avec des machines à commande numérique, également appelées robots), mais aussi le travail intellectuel (comme le stockage et la recherche de données dans des systèmes de gestion de bases de données, ou la rédaction de documents à l’aide d’éditeurs de texte et de correcteurs, ou enfin les systèmes de traduction automatique). L’artificiel semble mettre en danger le travail humain. Toutes ces considérations négatives sont largement infondées car, historiquement, plus le travail mécanique et répétitif des personnes a été remplacé par des machines, plus d’autres professions moins fatigantes et plus qualifiantes sont apparues. Au contraire, plus le progrès technologique a été important, plus le niveau de vie collectif et individuel s’est élevé.

Nous nous souvenons d’un grand biologiste-écologiste, Francesco Di Castri, qui, vers l’an 2000, lorsque la controverse sur les OGM a explosé, nous a dit clairement qu’il s’agissait d’une controverse non scientifique, parce qu’à côté de certains dangers évidents des OGM, il existe des possibilités d’une immense valeur humaine, sanitaire et sociale, comme celle de pouvoir nourrir la planète avec beaucoup moins d’efforts. Sa morale, comme vous pouvez le deviner, était donc que ce ne sont pas les résultats de la science et de la technologie qui sont dangereux, mais leur utilisation concrète dans des situations et des contextes concrets. Nous partageons entièrement ce point de vue.

Observations similaires sur les robots humanoïdes

Il suffit de regarder les résultats scientifiques et industriels mondiaux pour comprendre sans peine que les pays les plus avancés en termes d’applications industrielles dans ce secteur sont les pays de l’Est, notamment le Japon. La raison ? Dans leur philosophie de vie, ce n’est pas un péché de copier l’humain, bien au contraire !

intelligence artificielle

En regardant l’histoire, on trouve un autre exemple clair de l’influence de la culture philosophico-religieuse sur le comportement (et le progrès) de générations entières. Dans la tradition musulmane, il est interdit de représenter la divinité et ce qui lui appartient (sa relation avec les humains) de manière explicite. Dans la tradition chrétienne, c’est le contraire qui est vrai. C’est pourquoi, dès les premiers siècles de l’ère chrétienne, vers la fin de l’Empire romain, une culture artistique expressive absolument extraordinaire s’est développée dans le monde chrétien, des mosaïques du mausolée de Galla Placidia aux fresques de Giotto à Assise en passant par la Renaissance italienne, etc. La culture influence l’action, encourage (ou décourage) l’art, la créativité, la découverte, l’invention, et finalement le progrès et le bien-être.

Pour revenir aux robots humanoïdes : si une culture dit que c’est un danger, un risque, un péché de simuler l’humain, personne n’osera jamais transgresser, sauf dans des cas exceptionnels. C’est exactement ce qui s’est passé en France: face à un extraordinaire épanouissement de la science et des technologies mécaniques et robotiques qui font de nous l’un des pays les plus avancés au monde, de rares projets de robots humanoïdes ont vu le jour.

Ainsi, si l’artificiel est perçu négativement pour tous, comment aurait-il pu être un objet de curiosité et, par conséquent, d’engagement professionnel pour des jeunes étudiantes qui n’envisagent déjà pas un accès facile à des professions historiquement masculines ? Une grande partie de la responsabilité de ces vocations peut être attribuée à la manière dont l’un ou l’autre choix professionnel est connoté. Voici un autre exemple.

intelligence artificielle

Les études informatiques

Les trois premiers cours de licence en informatique en France ont été inclus dans la faculté des sciences de manière prévoyante, avec les mathématiques et la biologie, des cours avec une majorité d’étudiantes. Au début, il y avait 30 % de filles inscrites en informatique (cela s’appelait les sciences de l’information). Aujourd’hui, il y a beaucoup moins de filles, même s’il y a une légère augmentation. Peut-être parce que l’informatique est considérée dans le sens commun plus comme un ensemble de « techniques artificielles » (le sujet de l’ingénierie, une profession pour les hommes) que comme une science naturelle qui étudie l’information dans la nature, y compris les humains ?

Essayons maintenant d’analyser comment le concept d’intelligence est perçu dans le sens commun.

Il nous semble qu’une personne est souvent définie comme intelligente lorsqu’elle est capable d’effectuer rapidement un raisonnement logique complexe. Pour simplifier avec un mot réducteur : un brainiac. L’intelligence est considérée comme une propriété rationnelle de l’esprit directement associée à la logique, qui fait elle-même partie des mathématiques et de la philosophie. On entend rarement parler de l’intelligence en tant que capacité analogique, celle qui permet d’établir des liens entre les événements, les concepts et les personnes, celle qui permet de maîtriser la perception, l’action et les émotions. Par exemple, une personne empathique est rarement qualifiée d’intelligente.

intelligence artificielle

Une vision mécaniste de l’intelligence comme logique (déduction, induction, abduction) appartient à la première partie de l’histoire de l’intelligence artificielle, jusqu’aux années 1990. Elle a été fortement influencée par le projet « Génération V » des Japonais – vers 1980 – qui ont pleinement adopté l’approche de « programmation logique » de Colmerauer et Kovalski, qui contrastait avec la vision plus « analogique-linguistique-symbolique » des différents Wiener, McCarty, Minsky, Newell, Simon, Schank et autres. Tous les aspects dits « sub-symboliques » tels que les réseaux neuronaux, les algorithmes génétiques et le raisonnement flou, bien que d’origine lointaine, n’étaient pas encore assez mûrs pour offrir des résultats convaincants. Une fois encore, l’intelligence en tant que simple capacité mécanique de raisonnement logique ne pouvait pas séduire de nombreuses jeunes filles, à moins qu’elles ne soient dotées d’un caractère et d’une volonté exceptionnels.

Il n’y avait pas non plus, à l’époque, de fascination pour la possibilité d’émancipation des femmes en embrassant des professions bien rémunérées, comme c’était le cas pour l’informatique plus traditionnelle, celle de l’automatisation des usines ou des bureaux, pour être clair ; car les compétences en intelligence artificielle étaient rarement recherchées dans les universités ou les entreprises. Ceux qui prétendaient s’occuper de l’intelligence artificielle étaient au mieux confrontés à la blague bien connue « et qui s’occupe de la stupidité naturelle ?  » et au pire,  » quand votre entreprise sera cotée en bourse, faites-moi signe pour que j’achète les actions  » pour souligner le manque total de confiance dans le secteur comme vocation économiquement gagnante.

Les seuls qui auraient pu influencer différemment le sexe féminin sur d’autres façons de percevoir l’intelligence auraient pu être les psychologues. En effet, ce sont eux qui, les premiers – vers 1970, dans le contexte international – ont parlé de « traitement de l’information humaine », incluant progressivement dans les années suivantes tous les aspects de l’intelligence, de la perception au raisonnement et à l’action, de l’individu au collectif, des aspects rationnels aux aspects émotionnels, de la psycholinguistique aux neurosciences. Ce sont essentiellement eux qui, depuis le début des années 1980, ont influencé la communauté scientifique en l’orientant vers l’apprentissage automatique, qui a ensuite connu un grand succès grâce aux réseaux neuronaux profonds et à la disponibilité d’énormes quantités de données.

intelligence artificielle

Ils sont les interprètes de la vision « douce » contre la vision « dure » des logiciens. Ce sont également eux qui se sont décrits comme des adeptes des « sciences cognitives » et qui considèrent que l’IA ne vise pas seulement à fabriquer des machines « intelligentes », mais aussi à simuler le comportement intelligent des humains et d’autres individus et groupes dans la nature, afin d’en comprendre les fondements. Une vision de l’IA comme une « science » et pas seulement comme un « ensemble de techniques ». Une vision fortement expérimentale : les programmes d’IA servent de « laboratoire » pour tester les théories, les modèles et les techniques qui révèlent l’intelligence dans la nature. À l’époque, l’intelligence artificielle était qualifiée d’épistémologie expérimentale.

La psychologie française de ces années-là était cependant orientée très différemment.

La vision dominante était celle d’une psychologie théorique, très proche de la philosophie et orientée du point de vue de l’application à l’activité clinique. Peut-être que si la psychologie française avait également été orientée vers les aspects expérimentaux, quantitatifs, exploratoires, de nombreuses jeunes filles auraient probablement adopté les théories, les méthodes et les techniques de l’intelligence artificielle pour mener à bien des études sur l’intelligence naturelle et le comportement humain et animal qui l’accompagne, comme nous l’avons constaté dans d’autres pays.

Nous concluons que la vision commune, normale et répandue de l’Intelligence Artificielle n’a pas favorisé dans le passé son développement chez les jeunes, et encore moins chez les filles, en raison d’une série d’évaluations mal fondées, contradictoires et historiquement démenties de sa nature et de son impact socio-économique. Aujourd’hui, elle reprend avec un certain retard par rapport à d’autres pays, parfois avec des motivations superficielles liées au succès de certaines applications. Nous ne pouvons qu’être optimistes, mais en même temps critiques à l’égard des modes, qui, en matière de science et de technologie, sont souvent volatiles.

intelligence artificielle

Cependant, la vision du bon sens évolue rapidement, la culture de base change. D’une part, en raison de la pandémie, tout le monde a pris conscience que la recherche scientifique – pas seulement en médecine – n’est pas un ornement pour embellir l’économie d’un pays, mais la seule source d’innovation, de sécurité et de progrès. D’autre part, l’impact impétueux de l' »artificiel » sur la vie quotidienne l’a rendu plus familier, plus humain, presque un allié, une prothèse qui nous relie au reste du monde et nous permet de mieux vivre. Enfin, la vision manichéenne des professions cloisonnées se dissout rapidement, et aujourd’hui personne ne parlerait de l’intelligence comme étant uniquement la logique ou le calcul rationnel.

L’intelligence collective, à la fois rationnelle et émotionnelle, naturelle et artificielle, fait désormais partie du bon sens, grâce aussi aux réseaux sociaux dont nos petits-enfants font désormais partie intégrante. En résumé, il nous semble que nous partons du bon pied dans la bonne direction vers des objectifs ouverts à tous les jeunes, aux filles en particulier, dans le respect des différentes vocations et compétences et des divers talents complémentaires.

Découvrez d’autres articles sur les nouvelles technologies du numérique !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *